Les partages d'une blogueuse qui aime tester, se maquiller, s'habiller et cuisiner !

Les partages d'une blogueuse qui aime tester, se maquiller, s'habiller et cuisiner !

mercredi 13 avril 2016

Les marques nous vendent du rêve...versus realité...

Je reviens vers vous pour un article qui brise des légendes -comme dirait Florence, je n'ai pas peur des pressions ouvertes et du FBI- mais pas des rêves. Il y a encore un peu d'espoir dans ce bas monde et surtout de l'huile de coude.

J'ai décidé de vous faire un petit expectation versus reality de ces produits qui vendent du rêve et qui finalement ont du mal à faire leurs preuves chez nous.

Vous savez... cet article qui est conçu et bien pensé par des centaines de personnes dans un bureau puis des labos puis à nouveau dans un bureau avant de finir au dessus de notre lavabo. Et là c'est le drame...

Tout a commencé avec la serviette "Make Up Eraser" que j'ai acheté chez Sephora


Expectation: le discours de la marque est flatteur "une serviette démaquillante uniquement avec de l'eau et lavable en machine", relayé de près par le discours de la vendeuse qui l'a acheté et corrobore l'avis de sa hiérarchie.

Cela rejoint ma mouvance écolo du moment -je veux diminuer ma consommation de coton- non je ne le sniffe pas par les trous de nez - ceci est un blog beauté donc on se calme -. 

=>Résultat: j'achète ce produit pour la modique somme de 14,93 euros (prix hors promo de 19,90 euros) -non je blague, je trouve ça cher et j'espère amortir l'achat du produit comparé aux cotons utilisés - à raison de 2 cotons format bébé tous les soirs, voire 3 quand j'ai ma période "je ressemble à un pot de peinture" -

Figurez-vous qu'il y a un côté exfoliant mais qui ne se voit pas du tout !
Reality: Me voici donc avec la serviette préalablement lavée en machine comme indiqué sur la notice. Déjà, aucun faux pas de ma part je suis mot pour mot la liste des consignes avant usage.


J'avais juste un trait de liner et du mascara à démaquiller.

Et là premier essai: Echec
Alors oui j'ai du noir sur la serviette qui correspond au mascara qui a succombé au pouvoir des fibres de coton rose, le fond de teint on ne peut pas savoir, la serviette est rose on vient de vous dire...

Œil droit démaquillé avec la serviette sans produit 
Je pouvais sentir l'effet gras sur la serviette, de l’œil qui n'est pas complètement démaquillé et du produit qui a bavé: un vrai panda. En plus sur la photographie, je vous fais mon regard de chien battu.

Je décide donc je ne pas écouter mot pour mot les conseils de la marque et j'applique du démaquillant biphasé sur la serviette pour réaliser la même opération mais cette fois-ci sans coton traditionnel.
Le biphasé pour les yeux et micellaire pour le teint.

Et là: bingo!!!!

Œil droit impeccable sans matière dans le ras de cil.

Je réalise une 2e économie: en effet, abreuver la serviette d'eau si elle démaquille mal c'est une consommation d'énergie en plus alors que l'imbiber d'un produit efficace c'est dire adieu à une facture d'eau exorbitante.

En gros, si vous voulez acheter ce produit, attendez peut être une version 2.0. Il doit tenir 1000 lavages. Je le prends au mot figurez-vous.

Ce constat, je l'ai fait aussi avec un produit de chez Yves Rocher. Le "Low Poo" a été élu produit de l'année dans la catégorie Grand Prix Marketing de l'Innovation 2016, mais dans le fond, si l'on suit mot pour mot la notice, honnêtement, on passe à côté de quelque chose.  



Expectation: le discours de la marque est ambitieux: un shampoing innovant, avec une méthode venue des Etats-Unis, ce shampoing non moussant assure des cheveux soyeux et éclatants.
Désireuse d'espacer mes shampoings à base de sulfate et bourrés de substances étranges pour garder mon blond, -blond et non jaune-, et voulant alterner avec un shampoing sec qui assèche fortement la racine -bonjour effet pelliculé-, j'ai fini par acheter le "Low Poo".

=>Résultat: j'achète ce produit pour 3,50 euros ce qui n'est pas du tout excessif.
 
Alors oui il faut saisir que c'est  un shampoing qui ne mousse pas et qu'il faut l'appliquer sur cheveux mouillés comme le dit la notice avec nos doigts jusqu'aux pointes.

Et là c'est le drame:

Reality
 Seulement, lorsque tu fais un shampoing, tu te démêles rarement les cheveux avant et comme tu sais qu'ils se démêlent mal tu fais souvent une crème après. Sauf que cela, ils ne te le disent pas. 

Résultat: mes cheveux étaient à peine lavés que je les trouvaient trop gras. Pour laver les pinceaux et les brosses, c'est idéal ceci dit.

Pourtant, cela facilite la vie de nous donner de bons conseils pour utiliser ce type de produit "innovant" en dehors de ceux sur le site de la marque très sommaires.
Alors comme je suis un peu têtue et n'aime pas rester sur un échec, constatant que ce produit fait shampoing et crème à la fois, j'ai décidé de bien me démêler les cheveux avant et de directement les sécher à la serviette en tapotant après. 

Ce n'est toujours pas la panacée, mais cela a le mérite de tenir deux jours au lieu d'un après mon premier essai.

Il va de soi, qu'à mon avis, on a beau être téméraire, certains produits ne sont vraiment pas fait pour nous et ce sera l'objet d'un prochain article.

Dites moi en commentaires quels sont ces produits qui vous ont vendus du rêve et pour lesquels la réalité était tout autre?

    

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire